• Rejoignez la Communauté !

    Le Métronome en débat au conseil de Paris

    Après la polémique soulevée par quelques journalistes-historiens dont je parlais récemment, c’est au tour du Parti Communiste et du Parti de Gauche d’entrer dans le débat en demandant au conseil de Paris de mettre un terme dixit à la propagande faite par la mairie de Paris à un livre qui contiendrait de nombreuses erreurs, un dénigrement de la révolution ou de la commune et dont l’auteur afficherait ouvertement ses opinions catholiques et royalistes”. Cette propagande se présenterait, selon les représentants du parti, sous la forme de la remise de la médaille vermeil de la ville de Paris par le maire B.Delanoë, de l’ouverture des écoles à L.D (sous-entendu pour y faire sa propagande) ou encore de publicité sous forme d’interviews sur le site officiel de la mairie et de balades culturelles en contradiction avec l’esprit et les usages de la République.

    Ni Lorànt Deutsch, Emmanuel Heymann ou l’éditeur Michel Lafon n’ont, pour l’instant, répondu à ces accusations. Le débat devrait avoir lieu cette semaine. À suivre, donc…


    Le groupe PCF-Parti de gauche contre le... par BFMTV

    mise à jour :  10/7 La réponse de Lorànt Deutsch à l’AFP depuis l’île de Ré:


    "L'histoire ne peut pas être un instrument politique. Ce que j'ai voulu, c'est la raconter. Ceux qui m'accusent de la manipuler, d'être un idéologue, ont tort et je leur retourne le compliment. Je ne suis ni un idéologue ni un faussaire historique, mais un amoureux de l'histoire, avec toutes ses cicatrices, et ce sont ces élus du Front de Gauche qui ont une vision terriblement orientée. Moi, je respecte leur éclairage. Qu'ils respectent le mien. Toute cette polémique est partie d'un étudiant en histoire qui a pris mon livre pour cible et s'acharne depuis six mois à détruire mon travail et insinue que je suis le relais d'une idéologie. Ce n'est pas grâce à ses vidéos amateurs sur Paris qu'il se serait fait connaître. C'était à la demande d'enseignants que je suis intervenu dans les écoles je n'ai aucun contrat et je ne touche aucune subvention de la Ville de Paris. J'ai dit que j'étais royaliste mais je ne suis pas un militant politique. Je suis un enfant de la République, j'aime mon pays. J'ai dit il y a deux ans que l'histoire s'était arrêtée à Louis XVI, c'était une boutade. D'ailleurs, j'ai dédicacé mon livre à Eddy Mitchell, pas à Louis XVI! Quant aux prétendues erreurs et affabulations qui trufferaient mon livre, c'est faux. Je me suis référé à des historiens de renom comme Henri Sauval. Je n'ai rien inventé. Ce qui me fait le plus mal, c'est que mes détracteurs veulent me faire passer pour un vampire réactionnaire, si je fais du prosélytisme, c'est pour donner à tous, notamment aux enfants, l'envie de connaître l'histoire de France. Je veux bien débattre de “Métronome” avec des historiens, mais pas avec des militants politiques”

    mise à jour : 11/7 William Blanc explique sa position sur le blog Morandini :


    Le débat  a eu lieu au Conseil de Paris et la proposition du Parti Communiste/Front de Gauche, portée par Alexis Corbière, rejetée à la fois par les élus UMP, Nouveau Centre et Modem, mais aussi socialistes et Europe Ecologie – Les Verts. Le conseil a décidé de prolonger son soutien au Métronome. Le maire Bertrand Delanoë a déclaré : “S’il a envie d’être monarchiste, je le respecte. Moi, je suis républicain” avant d’ajouter, au sujet de la position des élus communistes : “C’est l’art de se compliquer la vie et d’être un peu sectaire”. Bruno Juilliard, délégué du maire a la culture a ajouté : “Il n’y a pas de quoi fouetter un chat”. Pour Jean Sévillia, écrivain et historien, auteur du livre : “historiquement correct” , il y a sans doute derrière cette affaire, “quelques règlements de comptes à gauche, et le désir du Parti communiste de faire parler de lui”.

    Voilà donc la polémique éteinte. Pour un temps seulement ? Il est malheureusement probable qu’elle se rallume cependant sous peu avec la parution à venir du livre de Lorànt consacré à Louis-Ferdinand Céline, co-écrit avec Patrick Buisson.
    On refait l’histoire de la polémique sur RMC…
    Micro-trottoir : Que pensez-vous de la polémique Métronome ?

    2 commentaires:

    1. William Blanc réplique sur Public Sénat et non le pauvre blog Morandini... bel exemple de revue de ses sources.
      Vous écrivez vite et bien afin de défendre M. Deutsch mais vous relayez trop de rumeur et tournez autour du pot concernant les points soulevés : "il ne dit pas directement, mais soulève l'hypothèse..." Qui dit hypothèse dit conditionnel, première prudence même de l'historien amateur. Qui dit hypothèse dit sources pour l'étayer : depuis deux mois, on a eu droit à deux noms lachés, Hillairet et Sauval... c'est bien peu.

      M. Deutsch avoue de lui-même face à Ruquier qu'il a essayé de reprendre ce qui l'a touché dans ses lectures sans paraphraser (heureusement, celà s'appelle du plagiat) mais en le magnifiant (apparemment en comprenant donc mal ses sources, ce qui s'appelle de la falsification).

      Je ne suis pas historien, je ne suis pas écrivain, je ne suis pas guide, M. Deutsch ne me vole rien si ce n'est qu'il me donne le sentiment de me prendre pour un imbécile en voulant à tout prix "célébrer le patrimoine".
      Je suis archiviste, au service des documents du passé et du présent pour les chercheurs et curieux du présent et du futur, et je crois intimement que le patrimoine a vocation à être conservé et communiqué ; mais sûrement pas "célébré" parce que dans ce cas on en revient à l'histoire des vainqueurs et des grands à l'encontre des travaux du XXe siècle qui ont réussi à donner voix aux vaincus et aux petits.

      Lisez Arlette Farge sur le Paris du XVIIIe, vous comprendrez ce qu'est un travail sérieux et accessible.

      Marre des paresseux et des faussaires !

      RépondreSupprimer
    2. Je suis en accord avec vous sur le point de la différence d'approche du Métronome qui privilégie une vision large,globale et concrète de l'histoire de Paris en opposition avec une approche plus universitairement ou touristiquement correcte que l'on trouve dans de nombreux ouvrages. Ce sont deux approches l'une : celle de LD, est subjective et poétique, l'autre est plus objective et plus précise. LD respecte d'ailleurs cet autre forme de travail. Il n'en reste cependant pas moins vrai, et c'est ce qui compte, que la liberté d'expression étant le bien le plus précieux qui soit, il est légitime qu'il valorise son point de vue (c'est le sien)au même titre que ceux qui optent pour une vision plus traditionnelle (celle du XXe siècle). Nous sommes nombreux à souhaiter une édition du Métronome avec l'ensemble des sources des faits cités dans le livre. En ce qui me concerne, je n'ai aucun doute sur cette faisabilité. Cela couperait court à ce faux-débat ou certains avancent à visage découvert et d'autres, masqués.

      RépondreSupprimer

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1844 membres : Cliquez sur la carte !