• VISITE GUIDEE enceinte Philippe Auguste RD - Guide Conférencier

    Paradoxalement, de toutes les enceintes de Paris, celle de Philippe Auguste (1190-1211) nous laisse le plus de vestiges visibles. Elle nous donne les dimensions de la ville médiévale. Ils se répartissent des deux côtés de la Seine. Pour ce second parcours, nous suivrons ses vestiges en Rive Droite et évoquerons  sa démolition. Un parcours légèrement plus long que celui en Rive Gauche, mais au relief moins accidenté. 
     

    L'enceinte de Philippe Auguste et ses portes
    L'enceinte de Philippe Auguste et ses portes

    En Rive Droite, se trouve ce qu’on nomme « La Ville » : les rues de marchands, très différentes de « l’Université » en Rive Gauche. 
    C’est ici que se trouvaient les corporations, les boutiques les plus actives, les banquiers, les changeurs, le prévôt des marchands, le grand marché des Champeaux (les Halles) et surtout le Roi.
     
    Nous partirons du plus spectaculaire vestige de l'enceinte, 60m de long ,découvert par hasard lors du « nettoyage » du quartier dans les années 194x et terminé par la tour de Montgomery, célèbre pour son tournoi avec Henri II.
     

    Mur d'enceinte de l'ave Maria
    Mur d'enceinte de l'ave Maria


    Le développement de la ville au XIIIe siècle est celui du développement du commerce, des revendications bourgeoises, mais aussi celui des révoltes contre l’impôt et le pouvoir central :  c’est en Rive Droite qu’ont régné les bourguignons (à la tour Jean Sans Peur, qui fait partie de l'enceinte, et qui existe toujours), les Orléans, les Cabochiens, les bouchers de Paris, les Guise et Etienne Marcel, tous plus ou moins rétifs au pouvoir Royal.


    Les marchands en Rive Droite
    Les marchands en Rive Droite

    Nous rencontrerons les vestiges de l'enceinte maintenant  incorporé aux constructions modernes.

    Vestige rue des rosiers
    Vestige rue des rosiers


    Vestige rue des francs bourgeois
    Vestige rue des francs bourgeois

    Tour Jean sans Peur
    Tour Jean sans Peur


     
    Nous terminerons au Louvre, le bastion défensif de l’enceinte, où se trouvait la tour « qui fait le coin ».  
    Ce château sera amené au plus grand destin, il aura la vie dure, sera modifié , remodelé, étendu. De 1189 à aujourd’hui, la forteresse suivra un destin incroyable lié au pouvoir royal, puis impérial. Sa redécouverte par Michel Fleury dans les années 1980 nous laisse aujourd’hui un vestige spectaculaire dans le musée.


     Questions,Réservations:




    Réponse sous un jour ouvré
     
    La cour carrée du Louvre
    La cour carrée du Louvre