• Paris : Figures de Mode chez Parigramme

    La mode déroule son histoire, elle laisse la trace unique de son temps, comme la musique ou la littérature. Alfred de Musset déplore, dans sa confession d'un enfant du siècle : "Ce vêtement noir que portent les hommes de notre temps, symbole terrible de la raison humaine qui a renversé toutes les illusions". Peut-on trouver formulation plus claire du lien entre l'habillement et son époque ? Dans ce livre, Soline Anthore Baptiste nous propose son histoire de la mode, du XIVe  au XXIe siècle : un éclairage brillamment illustré d'anecdotes sur l'histoire tout-court...

    Paris Figure de Mode chez Parigramme

    L'usage fait remonter l'origine du style au XIVe siècle, à la cour de Bourgogne, qui tenait un de ses palais à Paris, promise à devenir une capitale de la mode. À cette époque, l'élégance sort des ténèbres et un nouveau luxe s'impose, oublié depuis l'époque romaine. Philippe le Bon est celui qui qui l'incarne le mieux, paré d'accessoires grand style, soulignés d'un Noir que la légende attribue à la mort de Jean Sans Peur. C'est le prince le plus élégant de son temps.

    Philippe Le Bon Miniature, illustration des Chroniques de Hainaut.
    Philippe Le Bon Miniature, illustration des Chroniques de Hainaut.
    Dès lors, la tenue masculine et féminine ne cesse d'embellir. Sous la régence, après 1715, un nouveau style chic et raffiné fait son apparition à Paris et gagnera toute l'Europe : celui d'une société avide de plaisirs de toutes sortes, dont celui du vêtement. L'artifice devient la norme et la robe à la française, déjà un standard  d'élégance au Grand Siècle, d'une incroyable beauté. Watteau, Drouais, Nicolas Lancret nous ont laissé ces créations avec luxe de détails, portées par la marquise de Pompadour et toutes les femmes de la haute aristocratie. La reine Marie-Antoinette inventa même un  "ministre de la mode": Rose Bertin. La reine se fait aussi peindre en chemise par Vigée-Lebrun : inspirée des idées rousseau-istes, ce contre-pied lance une mode inspirée de la nature. Cette révolution qui en précédait une autre, moins amusante pour elle.

    Extrait du livre "Paris Figure de Mode" (Marie-Antoinette par Vigée-Lebrun)
    Extrait du livre "Paris Figure de Mode" (Marie-Antoinette par Vigée-Lebrun)


    Trois portraits : Joséphine de Beauharnais fut la reine des roses et l'impératrice des modes : le Châle de l'incomparable créole devint sa signature vestimentaire, tout en stimulant la production française. Eugénie de Montijo imposa la couleur mauve des violettes impériales, désormais produit industriellement, sur les crinolines. Sa rivale, la comtesse de Castiglione offrit un retour en grâce inespéré au rococo dans une robe  "dame de cœur" éblouissante qui entra dans l'histoire lors d'une soirée aux Tuileries.

    Extrait du livre "Paris Figure de Mode"  (C.F Worth et Eugénie de Montijo)
    Extrait du livre "Paris Figure de Mode"  (C.F Worth et Eugénie de Montijo)


    Comme il est difficile d'aborder le XXe siècle, tant les chemins sont multiples et variées : l'homme chic devient simple, il se débarrasse des fanfreluches, dans une fière austérité, tandis que Paul Poiret libère la femme de son corset et que Coco Chanel impose sa sévérité. L'arrivée des tenues sportives, l'essor des influences américaines n’empercheront pas la femme de Christian Dior de recouvrer sa splendeur classique dans un "New Look". Au bout du compte, il reste des oppositions franches, des provocations, jusqu'au mauvais goût pour certains. Jusqu'à aujourd'hui, les Christian Lacroix et John Galliano, n'ont pas fini de nous étonner, ce dont ce livre nous convainc par  son érudition et le plaisir de dérouler le tempo d'un art éternel.

    Christian Lacroix - Boléro "Salomé" - collection 2008
    Christian Lacroix - Boléro "Salomé" - collection 2008


    Feuilleter le livre

    ISBN 9782373950946
    20 x 28 cm
    152 pages
    Broché avec rabats, 70 photographies et documents
    Date de parution : 12/09/2019  16.90 Euros

    Fondatrice de l’association pour la valorisation du patrimoine Artemis, Soline Anthore Baptiste est historienne de la mode. Elle a consacré une thèse à la mode à Venise au XVIIIe siècle à l’UPMF (Grenoble) et à la Ca’Foscari (Venise) et a été commissaire scientifique d’une exposition sur la silhouette masculine dans divers musées suisses en 2016-2017.