• Man Ray et la mode au musée du Luxembourg

    Personnage inévitable de la vie artistique parisienne de l’entre-deux guerres à Montparnasse et du surréalisme en particulier, Man Ray a déjà fait l’objet de rétrospectives, mais son œuvre n’avait jamais été explorée sous l’angle de la mode, sujet d'importance qui nous permet de retrouver les visages célèbres de l'époque.


     

    Man Ray arrive à Paris en 1921 sur les conseils de Marcel Duchamp, qui l’introduit dans le milieu de l’avant-garde et dans le Tout-Paris des années folles. Pour des raisons alimentaires, Man Ray va d’abord s’adonner avec succès au portrait mondain et glisser peu à peu des mondanités vers la mode.
    Son premier contact dans le monde de la mode sera Paul Poiret, mais bien vite la plupart des grands couturiers vont faire appel à lui : Madeleine Vionnet, Coco Chanel, Augusta Bernard, Louise Boulanger, et surtout, Elsa Schiaparelli.

    Peggy Guggenheim dans une robe de Poiret
    Peggy Guggenheim dans une robe de Poiret 1924 © Centre Pompidou, MNAM-CCI


    Worth : Robe du soir en satin noir et plumes de marabout
    Worth : Robe du soir en satin noir et plumes de marabout (c) villa rosemaine - Toulon

    Dans l’exposition, on trouve une large sélection de photographies de modèles de haute couture et des documents cinématographiques évocateurs de la mode des années 1920 et 1930, une mode qui fait désormais la part belle à la coiffure et au maquillage.

    Chanel mannequin par Man Ray
    Chanel mannequin par Man Ray

    Je suis un dictionnaire de la mode en général, mais particulierement de Chanel. J'aimais son personnage et son allure sur les portraits de Horsts ou de Man Ray. Je trouvais qu'elle avait des similarités avec ma mère. Elle avait ce même air de brune méchante.. mais drôle. Karl Lagerfeld

              

    Anna de Noailles par Man Ray
    Marie Laure de Noailles par Man Ray 1925

    Au cours des années folles, la vie mondaine parisienne est exceptionnellement riche. Elle est animée par une société cosmopolite soucieuse de ses plaisirs, qui compte une importante communauté américaine, où se mêlent artistes, écrivains et couturiers. On y renoue avec la tradition des grands bals et du mécénat chez les Noailles ou les Beaumont.

     

    vue de l'exposition Man Ray
    vue de l'exposition

    Particulièrement inintéressant : on voit des portraits mode de Daisy Fellowes, Jacqueline Goddard, Marthe Bibesco, Nancy Cunnard, Wallis Simpson, la comtesse de Beaumont, Elsa Schiapparelli

    Photo Mode non identifiée Collection particulière
    Photo Mode non identifiée Collection particulière

    Man Ray quitte Paris en 1939. A son retour en en mai 1951 la ville n’est n’est plus celle qu’il avait découverte, à peine débarqué d’Amérique, au début des années 1920. La chaleur communicative des passions partagées avec Tristan Tzara ou Marcel Duchamp, la découverte amusée d’un mode de vie relativement confortable, sont bien loin. Il se retrouve confiné dans l’humidité obscure d’un ancien garage, à l’ombre des tours sévères de l’église Saint-Sulpice. Sa réussite de photographe de mode recherché, de coqueluche des riches expatriés américains, appartient désormais au passé et il se consacre à sa vocation de peintre qui ne l’a jamais vraiment quitté.


     

    Du 23 septembre 2020 au 17 janvier 2021. Musée du Luxembourg