• Exposition Vasarely à Beaubourg

    Qui ne connait pas Victor Vasarely, créateur de fameuses figures géométriques et d'un art en rapport dénommé "Art Optique" autour des années 1950 ? Le Centre Pompidou organise une rétrospective pour présenter tous les aspects de sa production : peintures, sculptures, mais aussi intégrations architecturales ou publicités... Une occasion de voir des réalisations qui ont marqué l'art contemporain, mais aussi un style de décoration reconnaissable entre tous.


    Vasarely s'est inscrit  dans le contexte des années 1960-1970, dans l’imaginaire des Trente Glorieuses. Né en Hongrie en 1906, il est considéré comme l’un des premiers représentants de l’Art cinétique et fondateur de l’Op’art. (Art Optique). Formé au Muhëly, annexe hongroise du Bauhaus, il se spécialise dans le graphisme. Il obtient sa première exposition personnelle à Budapest en 1930, année où il s’installe à Paris pour travailler dans l’agence publicitaire Havas puis chez Devambez.

    L’artiste nourrit alors le projet de créer un alphabet plastique combinable à l’infini. Vers 1947, il se dirige vers l'abstraction et entreprend de dégager les structures géométriques qu’il perçoit dans la nature. En 1951, débute la période "Denfert", inspirée par les craquelages du carrelage blanc qu’il observe sur les parois de la station de métro éponyme.

    Exposition Vasarely

    Il s'oriente vers des compositions abstraites, basées sur des formes géométriques élémentaires, associées d’abord au noir et blanc puis à un nuancier de couleurs, propres à créer d’elles-mêmes des effets d’animation. Les tableaux vibrent ou clignotent. Une forme sitôt saisie par le regard se transforme en une autre sans jamais se stabiliser "donnant le mal de tête"

    En 1965,  il participe à l’exposition Responsive Eye du MoMA de New York, qui constitue l’avènement de l’Op’art. Dès lors, il devient l’un des artistes européens les plus vendus au monde.

    La partie médiatisée de l'exposition montre que l'empreinte Vasarely s'étend alors dans la publicité, le cinéma, la production télévisuelle (Jean-Christophe Averty) et les logos d'entreprises (Renault, RTL)... ou la décoration de l'architecture massive (Université Jussieu, Gare Montparnasse). En 1982, cinq sérigraphies sont même emportées par le spationaute Jean-Loup Chrétien à bord de la station spatiale orbitale Saliout 7, donnant à l’œuvre vasarélienne le cadre intersidéral dont elle rêvait…




    6 Février - 6 Mai 2019 - Centre Beaubourg - Georges Pompidou

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.