• Rejoignez la Communauté !

    L’Inca et le Conquistador au musée du Quai Branly

    Ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Né vers 1475 dans un bourg d’Estrémadure, Francisco Pizarro était le bâtard d’une paysanne et d’un militaire de petite noblesse. Sans doute analphabète, il s’embarque comme simple soldat dans l’aventure américaine. En Haïti, puis à Panama, pendant trente ans, il apprend le métier des armes et, peu à peu, la pratique du commandement. Mais il a l’aventure dans le sang et monte des expéditions sur la côte sud, le long du pacifique. Enfin, en 1526, après des années difficiles, il croise des indiens sur un radeau à voile chargé de perles, de coquillages, de textiles précieux et surtout, d’or. Dès lors, il le sait : une brillante civilisation prospère plus loin, au sud…
    L'Inca et le conquistador au musée du Quai Branly
    L'Inca et le conquistador au musée du Quai Branly



    Après un retour à Séville pour obtenir de Charles V (Quint) une « capitulation » lui offrant le droit à la conquête de nouveaux territoires, il revient et en 1531, avec 150 vieux routiers de la colonie, part pour les Andes… où règne un Dieu vivant : Atahualpa

    Atahualpa : l'Inca
    Atahualpa : l'Inca


    Atahualpa, c’est l’Inca ! Né vers 1500 à Cuzco, sa capitale, le fils du Soleil règne sur plus de 10 millions de sujets qu’une main de fer maintient dans un état de soumission absolue, mais aussi de prospérité. Dans un univers de vallées étroites et de hauts plateaux désolés, l’administration a tracé des routes, taillé la montagne en terrasses, multiplié les entrepôts… Malheureusement pour Atahualpa, son père a eu 500 femmes et concubines, et Huascar, son demi-frère, le fils de l’épouse principale, lui dispute le trône. Quand Pizarro s’avance dans les provinces à travers les villages brulés et les entrepôts dévastés, il comprend le parti à tirer de cette guerre civile. Alors, il marche vers l’Inca, s’empare de lui et le tue . Puis, s’appuyant sur les peuples soumis à l’Empire, lui et sa poignée de compagnons abattent le merveilleux et fragile édifice inca.

    Quand ils virent la cité de Cuzco, les conquistadors crurent avoir découvert le mythique Eldorado. En fait, ils n’étaient que chez Atahualpa, que nul n’avait le droit d’observer et qu’on approchait que pieds nus avec une charge sur le dos pour rester courbé. Autour de lui, tout n’était que luxe à Cuzco : l’Enclos doré, un complexe de sanctuaires entourait le temple du soleil avec des murs extérieurs tapissés de plaques d’or et un champ de maïs également en or ! Immobile, le visage caché derrière un voile de tulle blanc tendu par des servantes, l’Inca se pensait invincible…

    Capture d'Atahualpa par Pizarro et les Espagnols
    Capture d'Atahualpa par Pizarro et les Espagnols


    Les échos contemporains de la Conquête nous ramènent sans cesse à la rencontre, le 16 novembre 1532, de Pizarro et d’Atahualpa. Ce chapitre de l’histoire est celui d’un choc entre deux mondes : la collision de deux empires en expansion sur le point de vivre une profonde révolution politique, économique, culturelle et religieuse

    Mme Paz Núñez-Regueiro est responsable de collections Amériques au musée du quai Branly et commissaire de cette exposition - Jusqu'au 20 septembre 2015 au musée du quai Branly
    http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/linca-et-le-conquistador.html





    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1630 membres : Cliquez sur la carte !