• Rejoignez la Communauté !

    La Liberté guidant le Peuple de Delacroix

    “Le plus excellent symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête.” V.Hugo - Choses Vues
    Contrairement à une idée répandue, le dernier roi de France ne fut pas Louis XVI mais Charles X. Il n’est pas mort guillotiné mais renversé par son propre cousin, vivant près des Tuileries, au Palais-Royal, fils du régicide Philippe-égalité et combattant de Jemmapes et de Valmy : Louis-Philippe d’Orléans et ses amis.

    Cela au cours de trois journées parisiennes fameuses qui resteront “Les Trois Glorieuses” 27,28 et 29 Juillet 1830.
    Charles X rêve d’un retour à l’ordre ancien , donne le “milliard” aux émigrés , apparait dévot jusqu’à l’extase et maudit la révolution ; alors que la révolution est partout : Dans les arts avec les romantiques (Vigny, Berlioz, Stendhal,Hugo...), dans les affaires avec le développement de la haute finance, dans les sociétés secrètes de jeunes républicains ou de vieux Bonapartistes, dans la presse enragée du “National” de Thiers qui ne parle que d’humiliations, de malheurs, de chagrins : Elle devait finir dans la rue.

    C’est dans la presse justement qu’elle prendra forme , suite aux ordonnances de contrôle sur le contenu des journaux. Les banquiers J.Laffitte , G.Delessert, C.Perier  ou J.Hottinguer  financent le monopole des  journaux d’opposition et Balzac en fait une bonne description dans “Monographie de la presse” ou “Les illusions perdues”. La nomination de Marmont, le “traitre” de 1814, pour l’Armée de Paris jettera encore de l’huile sur le feu.

    Les ouvriers typographes s’allient aux étudiants et aux ouvriers lors de ces journées où le sort basculera en faveur d’une alliance de circonstance entre La Fayette, Talleyrand , le parti d’Orléans (Guizot, Thiers, Michelet) et les financiers. La République, Garnier-Pagès et ses amis (Blanqui, Raspail, Rothschild...) resteront floués. Ils devront patienter.
    “Enfin le règne des banquiers commence !” dira Jacques Laffitte, premier président du conseil, et qui a la charge, accessoirement, de la fortune de Napoléon.
    Les Trois Glorieuses sont commémorées par la Colonne de Juillet qui s’élève place de la Bastille, à Paris. Le fût de la colonne porte le nom des victimes (504) de juillet 1830.
    Génie isolé et critiqué, Eugène Delacroix  suivait son étoile sans compromission.
    Remerciements : Vidéo produite  par www.canal-educatif.fr (3 parties)

    2 commentaires:

    1. La vidéo est géniale ! Je ne pensais pas que ça existait sur le web.

      RépondreSupprimer
    2. Je suis d'accord avec vous !!

      RépondreSupprimer

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1844 membres : Cliquez sur la carte !