• Boilly. Chroniques parisiennes au musée Cognacq-Jay

    L'exposition rend hommage à un amoureux de Paris. Originaire du nord de la France, Louis-léopold Boilly (1761,1845) part à la conquête de la capitale à la veille de la révolution française en 1785, pour ne plus jamais la quitter. Il a alors 24 ans,. autodidacte virtuose du dessin, artiste politique et inclassable, il se fait le chroniqueur enthousiaste de Paris pendant prés de 60 ans. Il est à la fois le peintre de la vie quotidienne, un portraitiste de parisiens et l'auteur de caricatures fameuses.

    Boilly. Chroniques parisiennes au musée Cognacq-Jay

     


    Boilly déguisé en sans-culotte
    Boilly Autoportrait en sans-culotte. 1793. Coll Part

    L'arrivée d'une diligence dans la cour des messageries. 1803. Louvre
    L'arrivée d'une diligence dans la cour des messageries. 1803. Louvre

    La rue parisienne est une source d'inspiration privilégiée. Particulièrement les émotions visibles  sur les visages des voyageurs de la cour des messageries au départ ou à l'arrivée de la diligence.Le bâtiment se déroule d'ouest en est jusqu'au passage Saint-Pierre menant à la rue Montmartre.

     

    Le salon de jeux
    Le salon de jeux

    Boilly suit la mode des "cafés", lieux de réunion appréciés. on y lit, on y discute, on  y lit, on y suit les actualités littéraires, artistiques et politiques....


    Le passage de la Planche vers 1810-1814 Paris, Louvre
    Le passage de la Planche vers 1810-1814 Paris, Louvre

    La simple traversée d'une rue après l'orage devient un véritable théâtre, autant qu'un défilé de mode. En temps de pluie, les rues de Paris sont impraticables. pas de trottoir, pas d'égout. Les passeurs installent des ponts de fortune sur roulettes, appelés "ponts tremblants" pour les familles bourgeoises. Clientèle assurée.


    La représentation de marionnettes . 1812. Coll Part
    La représentation de marionnettes . 1812. Coll Part

     A la grande histoire, celle des hommes illustres, des hauts faits et des monuments, il préfère les petits spectacles de la vie quotidienne. Boilly documente une  vision de Paris de son temps, celui dans lequel il aime flâner.

     
    Les amateurs de tableaux. Les Grimaces vers 1823. Coll Part
    Les amateurs de tableaux. Les Grimaces vers 1823. Coll Part

    Boilly excelle dans la caricature. Elles sont rassemblées dans une galerie intitulée "les Grimaces". Le portraitiste pose sur ses contemporains un regard amusé, voire mordant.


    Galerie de portraits de contemporains . 40 portraits 1798
    Galerie de portraits de contemporains . 40 portraits 1798

    Les portraits sont peints en deux heures, tous de la même taille.

    Exposition du 16 février au 26 juin 2022au musée Cognacq-Jay