• Rétrospective El Greco au Grand Palais

    Le Grand Palais présente la première grande exposition jamais consacrée en France à Domenico Theotokopoulos, dit El Greco. Né en 1541 en Crète,il fait son premier apprentissage dans la tradition byzantine avant de parfaire sa formation à Venise puis à Rome. C’est cependant en Espagne que son art s’épanouit et s’implante durablement, à Tolède...

    Rétrospective  El Greco au Grand Palais
    Attiré par les mirifiques promesses du chantier de l’Escorial, l’artiste importe dans la péninsule la couleur du Titien, les audaces du Tintoret et la force plastique de Michel-Ange. Cette éloquente synthèse, originale mais cohérente par rapport à sa trajectoire, donne à Greco, mort quatre ans après Caravage, une place particulière dans l’histoire de la peinture : celle du dernier grand maître de la Renaissance et du premier grand peintre du Siècle d’Or.

    Portrait du frère Hortensio Félix Paravicino (Gréco)
    Portrait du frère Hortensio Félix Paravicino. Boston, Museum of Fine Arts
    Greco est un insatiable inventeur de formes, mettant au point des compositions innovantes et audacieuses sur lesquelles il n’aura de cesse de revenir tout au long de sa carrière. Parmi les angles scientifiques particuliers qui sont développés : la mue impressionnante du peintre à ses débuts, de l’art d’icône à son adhésion esthétique au courant vénitien ; ses inventions et variations, qui permettent, sur un même thème, de mesurer le caractère novateur de son art et de suivre le cheminement de son style de Venise à Tolède.

    Saint Martin et le pauvre - Gréco
    Saint Martin et le pauvre - Washington, National Gallery of Art
     Les quelques 75 oeuvres rassemblées dans cette exposition entendent rendre hommage au génie inclassable et sauvage que fut Greco. La scène artistique qu’il découvre en Italie lorsqu’il s’y installe vers 1567 est partagée entre Titien dont le pinceau règne dans la cité des Doges, et Michel-Ange (mort en 1564) dont l’art domine toujours Rome et Florence. Greco doit trouver sa voie. Parallèlement, l’Eglise cherche de nouvelles images pour répondre à l’iconoclasme protestant et reconquérir les âmes. Il trouvera le succès à Tolède : L’Expolio à la cathédrale et surtout l’Assomption à Santo Domingo El Antiguo. Si Greco était un animal, ce serait un loup. solitaire, souverain, sauvage.

    Autoportrait Gréco en Saint Paul - Avec Saint Pierre
    Autoportrait Gréco en Saint Paul - Avec Saint Pierre Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya

    16 octobre 2019 - 10 février 2020 au Grand Palais




    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.