• Sergio Leone à la la Cinémathèque

    Sous Leone, le western renoue avec le lyrisme, celui de ses origines. Genre donné pour mort dès le début des années 1960, passé avec armes et bagages à la télévision sous une forme appauvrie et sérielle, il renaît de ses cendres. À chaque nouveau film, le succès et les moyens aidant à l'ambition, Leone rajoute des couches de sens, d'Histoire et de références culturelles... Admirable rétrospective à la Cinémathèque avec une poignée de films inoubliables qui vinrent écrire de nouvelles pages dans le livre de la poésie épique....


    Pour une poignée de dollars (1964); Pour quelques dollars de plus (1965); Le bon, la brute et le truand, (1966) : Nul besoin d'Indiens pour ranimer l'Histoire de l'Ouest américain : la crasse, la bêtise, la violence suffit. Trilogie sans référence, sans date, sans mythe : de là hâtivement qualifiés de « spaghetti » par les critiques ou de western à l'italienne. L'exposition nous oriente vers les références : l'enfance, kit carson, Homère "on y revient toujours", la peinture de Chirico, le mélodrame et le cinéma japonais : des sources personnelles et la rêverie, mais aussi les sources familiales d'un père déjà cinéaste de westerns dans les années 1910.



    Puis vint une autre trilogie :  Il était une fois dans l'Ouest (1968); Il était une fois la Révolution (1971) et pour terminer le monument : Il était une fois en Amérique (1984), chef d’œuvre ultime de 5h , simplicité de l'intrigue qui laisse la place aux grandes émotions, aux visages improbables en gros plan, à la musique d'Ennio Morricone qui reste dans la tête.

    A revivre dans un décor épique reconstitué pour la circonstance fait d'interviews, de séquences, d'affiches, dessins, accessoires et de pièces rares de tournages comme la robe de Claudia Cardinale ou le costume de Robert de Niro.

    Jusqu’au 27 janvier 2019 à la Cinémathèque française

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

    Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.