• Balzac Paris d'Eric Hazan

    Dans sa vie mouvementée, Balzac a écrit bien des lettres d’amour, et dans la Comédie humaine il a représenté bien des beautés féminines, mais il n’est pas sûr qu’il ait jamais imaginé ou rencontré une créature aussi étincelante et fière que sa ville chérie...

    Balzac Paris d'Eric Hazan


    Pour moi, Paris est une fille, une amie, une épouse, dont la physionomie me ravit toujours parce qu’elle est pour moi toujours nouvelle. Je l’étudie à toute heure et chaque fois j’y découvre des beautés neuves. Elle a des caprices, elle se voile sous une pluie, pleure, reparaît brillante, illuminée par un rayon de soleil qui suspend des diamants à ses toits. Elle est majestueuse,
    ici ; coquette, là ; pauvre, plus loin ; elle s’endort, elle se réveille, elle est tumultueuse ou tranquille. Ah ! ma chère ville, comme elle est étincelante et fière par une soirée de fête, lumineuse, elle saute, elle tressaille.

    La ville toujours nouvelle à laquelle il adresse sa déclaration d’amour est faite d’une accumulation de détails – des noms, des bornes, des ruisseaux, des portes (combien de portes dans la Comédie humaine ?) –, une ville parcourue d’innombrables silhouettes minutieusement dessinées, des clercs de notaires, des grisettes, des journalistes, des portières, des usuriers, des commis voyageurs, des spéculateurs.

    De ce Paris-là, il rassemble les éléments en flânant.
    Errer dans Paris ! adorable et délicieuse existence ! écrit-il dans la Physiologie du mariage – Flâner est une science, c’est la gastronomie de l’oeil. Se promener, c’est végéter ; flâner, c’est vivre

    Ce livre nous promène sur les pas de Balzac traversant la ville chaussé de ses grosses bottes, courant entre ses imprimeurs, ses éditeurs, ses marchands de café, ses maîtresses et ses amis, s’arrêtant un moment, frappé par un détail que sa mémoire photographique fixait fidèlement.

    Il y a pour moi des souvenirs à toutes les portes, des pensées à chaque réverbère, il ne s’est pas construit une façade, abattu un édifice, que je n’en aie épié la naissance ou la mort, je participe au mouvement immense de ce monde comme si j’en avais l’âme.

    On pourrait tracer un itinéraire de la Comédie humaine qui mènerait d’Issoudun à Guérande,d’Alençon à Fougères, de Sancerre à Besançon. Mais l’épicentre, là où
    tout fume, tout brûle, tout brille, tout bouillonne, tout flambe, s’évapore, s’éteint, se rallume, étincelle, pétille et se consume
    c’est Paris. Le livre contient des illustrations et des cartes du Paris balzacien.

    Communiqué de presse des éditions "La Fabrique"
    Balzac, Paris d'Eric Hazan
    216 pages 14 euros



    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1655 membres : Cliquez sur la carte !