• Rejoignez la Communauté !

    Les vingt arrondissements de Paris de Léon-Paul Fargue

    Parigramme se souvient de Léon-Paul Fargue et propose son panorama des vingt arrondissements de Paris, publié en 1951 après sa mort. Illustré de photographies et de cartes postales anciennes, ce texte constitue maintenant un témoignage poignant de son Paris des années Trente....

    Souvent taxé d'une mélancolie chronique et d'une sensibilité exacerbée vis-à-vis de tout ce qui changeait dans le Paris de l'entre-deux guerres, Léon-Paul Fargue reste pourtant "Le piéton de Paris", attribut gagné par la parution de l'ouvrage éponyme qui eut un succès considérable lors de sa parution en 1939. Ce livre l'ajoutait à l'illustre lignée de flâneurs que furent Louis-Sébastien Mercier, Rousseau, Restif, Balzac, Nerval, Sue, Huysmans, Aragon, Breton, Walter Benjamin et j'en oublie qui nous conduisent aujourd'hui jusqu'à Eric Hazan. Poète avant tout, Fargue se rapprochait davantage d'un Baudelaire :

    "Pour le parfait flâneur, pour l'observateur passionné, c'est une immense jouissance que d'élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant, dans le mouvement, dans le fugitif et l'infini. Être en dehors de chez soi, c'est être partout chez soi, être au centre du monde et rester caché au monde"

    que d'un enquêteur comme Zola, papier-crayon en main et l’œil furtif.

    Cour du Dragon à St Germain-des-prés, aujourd'hui disparu, seul le dragon subsiste
    Cour du Dragon à St Germain-des-prés, aujourd'hui disparue, seul le dragon subsiste
    Dans son "Piéton de Paris", Fargue raconte le crépuscule d'une ville et de ses habitants, perpétuellement affolés par le siècle du progrès et le bouleversement des traditions. C'est un musée de mondes perdus, d'héritiers fantômes au luxe  mélancolique, mais aussi et surtout, c'est l'attrait d'une ville incomparable pour les provinciaux, les étrangers, les classes populaires, laborieuses, les noctambules et les nonchalantes.

    Marché aux oiseaux, dans l'île de la Cité
    Marché aux oiseaux, dans l'île de la Cité
    Dans son collier de perles de "vingt arrondissements", on retrouve moins la ville rêvée, peinte de traits nostalgiques qu'un carnet de bord  du flâneur et l'iconographie majestueuse reste le point fort  du livre. Le montage est audacieux, même si malheureusement les photos ne sont pas datées et correspondent à une période plus étendue que celle du texte.

    Les cabarets de la rue Pigalle
    Les cabarets de la rue Pigalle

    Le lecteur retrouve ainsi de nombreux endroits, célèbres pour les contemporains, mais qui  ont disparu : les monticules du carreau du Temple, la foule de la rue Montorgueil, la halle du marché Saint-Honoré, les forts des halles, les cabarets de la rue Pigalle, la foire aux pains d'épice, le passage Moret, le Bardo du parc Montsouris, l'abattoir aux chevaux de Vaugirard, les élégantes de Passy, les mariniers du bassin de la Villette, la villa des otages de la rue Haxo et tant d'autres images d'une ville rassemblée en 20 chapitres.

    D.L

    Feuilleter le livre


    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1844 membres : Cliquez sur la carte !