• Rejoignez la Communauté !

    Paris Secret vu par une Anglaise et son guide "local"

    Une journaliste anglaise (Hannah Meltzer) détaille son voyage à Paris, accompagnée d'un guide « local ». Il se peut qu'une visite de la capitale française  enseigne davantage qu’on ne pense… voyons un peu…

    Passage de l'ancre
    Passage de l'ancre


    Je pensais que j'étais la bonne personne pour une visite guidée " Paris Secret ". Ayant vécu dans la ville pendant un an, et même travaillé comme guide là-bas, je pensais avoir une bonne connaissance de ses trésors cachés. Des villages de campagne au cœur de la ville, jusqu’aux meilleurs endroits pour déjeuner, je pensais doucement que la ville des lumières n'avait plus rien à cacher pour  moi.

    En tout cas, je me sentais un peu désolée pour mon guide, Timothée Demeillers, qui dirige la filiale parisienne d’Urban Adventures, une franchise internationale de voyage qui propose des visites guidées hors-piste de plusieurs destinations à travers le monde. L'accent est mis sur la rencontre avec des locaux et – tropisme souhaitable - l'expérience d’un voyage "authentique". Les couleurs de ma visite particulière seraient le fromage, l'art et la vie locale.

     Timothée est en effet un authentique « local ». Il a grandi dans l'ouest de la France, mais a passé ensuite une grande partie de sa vie dans la capitale française. Expatrié à Prague, puis à Londres, son accent manque du « R » roulé ou du « h » muet du français typique. Il n'a pas non plus l'apparence de l'hétéro parisien stéréotypé, avec ses lunettes sur-dimensionnées et l’écharpe trop petite. La veste en cuir fait place à un imperméable, les chaussures pointues sont troquées pour de plus raisonnables chaussures de marche.

    Paris : Place de la Concorde
    Paris : Place de la Concorde
    Nous nous sommes rencontrés un sombre samedi matin sur la place de la Concorde, l'imposante place flanquée par le jardin des Tuileries à l'est et les Champs-Élysées à l'ouest. Mais alors qu’une grandeur et une  beauté étonnante nous entouraient – comme la grande façade du luxueux hôtel Crillon, qui devait rouvrir cette année - mon guide m'a conduite à travers l'histoire cachée de la place : Louis XVI, Marie-Antoinette et les milliers de nobles  malheureux qui ont rencontré ici leur fin sanglante par la lame de la guillotine, à  l'époque de la Révolution !

    À peine avions nous évoqué l’endroit et stationné  depuis pas très longtemps, physiquement ou historiquement, sur place que bientôt nous nous tournions de l'autre côté de la place vers la rue St Honoré. Après avoir appris de la laïcité durement gagnée par la France, que nous pûmes observer une douzaine de pèlerins tirés à quatre épingles, attendant patiemment l’ouverture de leur lieu de culte : le vaisseau amiral Hermès !

    Paris : Boutique Hermès
    Paris : Boutique Hermès

    Jusqu'à présent, ces curiosités m’étaient familières, mais au fur et à mesure que nous passions dans les rues, mon guide a creusé les détails de cette histoire tourmentée que Paris porte si élégamment. Nous nous sommes arrêtés au no. 261 rue Saint-Honoré, l'ancien site du restaurant Voisin où, lors du siège prussien de 1870, le menu de la fête de Noël proposait de l'antilope cuit, du chameau et l'éléphant du zoo de Paris. De là, nous sautions à la deuxième occupation allemande de la ville, cette fois-ci dans les années 1940, avec les vestiges qui peuvent être vus dans la trace de balles sur les façades de certains  bâtiments parmi les plus célèbres de Paris.

    Menu au Restaurant Voisin 1870 (siège de Paris)
    Menu au Restaurant Voisin 1870 (siège de Paris)
    Et bien sûr, la ville porte des cicatrices plus récentes. Je vivais à Paris en novembre 2015, quand une série d'attaques terroristes coordonnées ont tué 130 personnes. Bien qu’étant heureusement en sécurité à la maison, il est difficile d’oublier le souvenir tragique des informations de ce soir-là et des jours suivants. Il semble que ce soit aussi le cas des touristes. La capitale française a vu une chute du nombre de visiteurs suite aux attaques et mon guide m'a dit que, après des années de croissance, son activité avait subi une baisse de 25% l'année dernière.

     Et pourtant Paris est toujours là, dans Instagram, dans sa romance et sa gloire magnifique. Nous nous sommes arrêtés dans une nouvelle boutique  Ladurée (que je n’avais pas visité avant). La chaîne est la Mecque de Paris pour ses macarons et j'ai pu choisir dans une gamme apparemment sans fin: café, caramel salé, fleur d'oranger, pétale de rose, pistache, réglisse, cognac.

    Ladurée 14 rue de Castiglione
    Paris : Ladurée 14 rue de Castiglione

    Mes scènes d’amour du chocolat ou du macaron ont continué au Palais Royal, un palais moins visité à côté du Louvre, dont la cour abrite aujourd'hui une surprenante  sculpture de Daniel Buren. Ce samedi matin, les enfants et les adultes posaient et jouaient sur les colonnes à rayures  noires  et blanches.

    Jardin du Palais Royal et ses colonnes de Buren
    Paris : Jardin du Palais Royal et ses colonnes de Buren
    L’agenda proposait ensuite le quartier médiéval des Halles, récemment rénové avec une Canopée à 150 Millions de livres, hébergeant des boutiques et un restaurant chic d’Alain Ducasse. Après la contemplation de cette nouvelle structure, nous sommes entrés dans l'église Sainte-Eustache. Le Gothique extérieur et la splendeur  de l'intérieur Renaissance offrent suffisamment de détails architecturaux pour satisfaire tous les amis de l'Histoire de l'Art mais, grâce à mon guide, mon attention fut attirée par un vitrail plus moderne que je n'avais jamais vu auparavant. Dédié à la charcuterie, il a été financé par la Société des Charcutiers de France, en signe de reconnaissance au passé de la profession. Les tableaux montrent Saint-Antoine, le saint patron des charcutiers, ainsi qu'une représentation révélatrice de la cuisine et du service rendu par la bonté porcine.

    Paris Vitrail de Saint-Eustache
    Paris : Vitrail de Saint-Eustache

    La promenade a été ponctuée par des arrêts dans ces merveilleux passages cachés de la ville, peu visités, bordés de boutiques, comme le premier magasin de Christian Louboutin dans l'élégante galerie Véro-Dodat et Pep's : le dernier atelier de réparation de parapluies de Paris, dans le joli passage de L'Ancre. 


    Galerie Vérot-Dodat
    Paris : Galerie Vérot-Dodat
    L'excentricité locale a continué dans la rue Montorgueil, où nous nous attendions à admirer les éclats graisseux et les tartes glacées de l'historique boutique Stohrer : la plus ancienne pâtisserie de Paris, fondée par le pâtissier personnel de l'épouse de Louis XV. Notre propre reine a visité l'établissement en 2004, un événement dont les habitants sont encore évidemment fiers :  « Mademoiselle!  Vous êtes Britannique ? Nous avons une reine que vous connaissez » Un client régulier rayonnait, montrant un carrousel de cartes postales représentant la visite Royale. Peut-être que la récente visite du duc et de la duchesse de Cambridge, un acte de bonne volonté diplomatique pré-Brexit, charmera aussi ces habitants républicains pour les années à venir. Pourquoi les Français sont-ils si obsédés par la familleroyale anglaise ?

     La rue populaire du marché est maintenant très branchée et parsemée de bars "happy-hours" , de restaurants chers, mais une bonne dose de - j'ose le dire -  charme "authentique" est restée à notre destination suivante : la fermette (la petite ferme), où notre marche est récompensée par une fromagerie française d’excellence. Ce magasin animé, qui s'ouvre sur la rue, est dirigé par la famille Rigattieri, dont le fils Baptiste préside une sélection infinie de fromages. Les propriétaires plaisantaient alors qu'ils me servaient une sélection: un Comté riche et boisé, un Roquefort agréablement piquant et un Brie décadent avec de la truffe - que j'ai apprécié un par un avec des tranches de baguette achetées à la porte de la boulangerie d'à côté.

    Patisserie Stohrer
    Paris : Patisserie Stohrer
    Comme nous mangions, debout sur une barrique à l'avant de la boutique, un grand monsieur, maigre et  âgé, arriva avec son amie, juvénile, mince et presque aussi grande que lui. " Ils l'appellent Pépino ", déclama mon guide, "il est espagnol pour le « concombre », bien qu'il soit italien" Pépino se retourna et me fit un clin d'œil puis un geste de la tête vers l'élégante femme à côté de lui - " C'est ma femme ! " . Il se retourna pour inspecter les fromages, et dit avec un sourire méchant : « elle est pas mal, hein ! ».

     Le " Best of " des endroits cachés à Paris (par Timothée Demeillers

    Niché à quelques mètres du boulevard le plus grand et le plus bruyant de Paris (Boulevard de Sébastopol), le Passage de l'Ancre est un havre vert et tranquille, rempli d'adorables boutiques colorées, dont le dernier magasin de réparation de parapluies à Paris !

    Un parking à Saint-Germain, où vous trouverez une partie parfaitement conservée du mur de fortification du 13ème siècle de Paris. Nous y allons dans tournée de Saint-Germain avec Aventure Urbaine &  Bohême, alors je ne vais pas donner le nom !

    Même si ce n'est pas si secret,  j'adore le cimetière du Père Lachaise. En dépit de son apparence morbide, il est complètement isolé de la grande ville et vous pouvez facilement vous promener pendant des heures dans cette atmosphère où la nature a repris le pas sur les monuments en pierre.

    Le marché d'Aligre et la Coulée verte. Juste à côté de la place de la Bastille, le Marché d'Aligre est l'un des marchés parisiens le plus mignon, et à quelques pâtés de maisons se trouve une ancienne ligne de train  transformée en près de 5 kilomètres de long parc linéaire (et peu de gens en connaissent).

    Le Haut Montmartre a de jolies ruelles et des rues tranquilles et cachées : un monde très éloigné de l’animation bourdonnante de Sacré-cœur. Un bon exemple est le passage semi-privé de la Sorcière, qui abrite l'Hôtel ‘Montmartre’,  très "select" et un club de pétanque de campagne.

    Hôtel Montmartre
    Paris : Hôtel Montmartre

    Après cette scène incroyablement charmante, la conversation tourna vers ces commentaires récents entendus à Londres : " Paris n'est plus Paris "

    Mon guide devint philosophe dans sa réponse et souligna, comme nous l’avions vu ensemble ce jour-là, que la ville eut à faire face à de nombreux défis dans son histoire :  la peste, une poignée de révolutions ainsi que l'occupation nazie. " Paris sera toujours Paris ", dit-il.

    "Les visiteurs reviendront - nous nous souviendrons des attaques et cela nous renforcera , mais
    Paris restera l'une des plus belles villes au monde"

    En attendant, dit Timothée, la baisse du  nombre de visiteurs lui a donné le temps et l'impulsion pour développer une offre plus forte, plus riche et assez diverse pour satisfaire le touriste le plus fou et incluant, j'ai dû l’admettre, un cynisme gênant...


    Note : Cet article est la traduction d’un article du Telegraph
    Traduction : D.L

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1630 membres : Cliquez sur la carte !