• Rejoignez la Communauté !

    Paris Rendez-Vous

    Paris Rendez-Vous
    Sous le titre « les photos de légende d’une ville amoureuse » c’est une tradition de l’imaginaire de Paris qui s’expose : celle de la ville des amants. Le baiser de l’hôtel de ville par Robert Doisneau est bien loin d’être unique, même s’il reste le plus célèbre. Une compilation de photographies des années cinquante à aujourd’hui où de nombreux artistes dont Brassai et Cartier-Bresson capturent l’affectif, l’espace d’un instant, des anonymes et de la ville.  Ces amoureux sont l’écho d’autres, dont la légende nous est parvenue par les poètes ou par Clio, ceux qui les ont précédés à une époque reculée du mythe, quand l’image n’existait pas. Jean Racine disait « Paris est le siège de l’amour », il pouvait déjà déplier une carte du tendre…

    Que montrait-elle, cette carte ? Une multitude de visages, d’innombrables anecdotes comme le plus beau des romans. Une comté de petits villages aux noms suggestifs : Grands-Serments, Billets-Doux, Légèreté, Tiédeur, Jolis-Vers. On y voit le fleuve d’inclinaison, le lac d’indifférence. Mlle de Scudéry la gardait précieusement chez elle, rue de Beauce, dans le Marais.

    La carte du tendre de Mlle de Scudéry
    Encore plus loin dans le temps, le mythe naquit au 10 de la rue Chanoinesse, dans l’ile de la Cité, chez le chanoine Fulbert qui donna le philosophe Pierre Abélard pour précepteur à sa nièce Héloïse. Les amants de l’enclos du cloitre Notre-Dame restent les figures tutélaires de la romance de Paris, de tous les amants, qu’ils soient photographiés sur le Pont Neuf ou dans la rue Saint-Vincent. À la Conciergerie, un chapiteau de la salle des gardes nous révèle toujours leur image en pierre. Doux vestige d’un autre temps, un cliché du XIIe siècle.

    Heloïse et Abélard
    Plus tard, l’histoire des deux amoureux maudits attendrira les philosophes qui verront dans « l’abbesse au cœur qui brule » un martyr de la cause des créatures sensibles. Diderot ne cachera pas son admiration pour cette jeune nonne savante qui préférait l’amour d’un philosophe à toutes les félicités. Toute une génération pleure avec Jean-Jacques et sa « nouvelle Héloïse ». Chateaubriand errant dans le cimetière du père Lachaise entend la voix de la « sainte de l’amour » portée par le vent, le lieu est devenu un lieu de pèlerinage pour la génération romantique depuis qu’on a décidé en 1807 d’y transférer en grand cérémonial les restes de la voluptueuse et de l’amant châtré. Héloïse survécut vingt-deux années à Abélard et lorsqu’on déposa son corps auprès du sien, la légende prétend que “celui qui, bien des jours avant elle, avait cessé de vivre, éleva les bras pour la recevoir et les ferma en la tenant embrassée”.

    sur l'île Saint-Louis Edouard Boubat 1965
    Aujourd’hui encore, ce monument est fleuri, été comme hiver. En regardant bien aux alentours, vous verrez, gravés dans la pierre, des prénoms entrelacés, des graffitis : « Totor à sa Julie pour la vie »  , « Sandy à Marc : je t’aime crapule ! » Ce sont les amoureux sans visage, eux-aussi en vadrouille dans les vertes allées du cimetière. Les mêmes qui sont mis en scène par Willy Ronis ou Kertesz dans la brume du pont des Arts ou sous croisées d’ogives. Ils laissent leur empreinte sur un autre support, ils mettent leur pierre à l’édifice. Ce sont ceux qui s’aiment.

    Doux fut le trait qu’amour, hors de sa trousse, tira sur Moi  P.de Ronsard (1524-1585)


    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1844 membres : Cliquez sur la carte !