• Rejoignez la Communauté !

    Paris interlope : prostitution et érotisme

    Talk Show : Michel Field reçoit François Buot et Jean Feixas qui évoquent la capitale des plaisirs louches et équivoques entre 1900 et 1940 tandis que Sylvain Boulouque chronique la synthèse historique « Paris, ville érotique ».






    2 commentaires:

    1. L'art érotique antique. Fantasmes et idées reçues sur la morale romaine - book-e-book


      image





      L'art érotique antique. Fantasmes et idées reçues sur la...
      de Cyril DUMAS Priape et les images "coquines" illustrent une société romaine exhortant plaisirs de la chair, débauche et luxure... Mais qu'en est-il en réalité ?....
      Afficher sur www.book-e-book...
      Aperçu par Yahoo



      Bien cordialement,



      L'art érotique antique
      Fantasmes et idées reçues sur la morale romaine
      Cyril DUMAS
      Conservateur du Patrimoine
      Les Romains ont laissé un grand nombre d’œuvres dont la qualité d’exécution révèle sans fard l’intimité du couple et l’omniprésence des emblèmes ithyphalliques. Des fresques aux mosaïques, de Pompéi à Timgad, les spintriennes, Priape et les images coquines illustrent une société qui semble exhorter les plaisirs de la chair et concourent ainsi à dresser le portrait d’une société se répandant dans la débauche. En conséquence, la censure a souvent détruit ces vestiges ou les a condamnés à l’enfermement dans les "enfers" des musées et la recherche elle-même a été victime de préjugés...
      Pourtant l’analyse des mœurs, au-delà des clichés qui occultent en fait la réalité du corps social romain, révèle une autre image : celle d’une société qui repose sur des valeurs morales très prudes. Pour comprendre de quoi il retourne, l'auteur brosse le tableau de la réalité du comportement de l’homme et de la morale qui ne peut se soustraire aux obligations juridiques et aux courroux des censeurs. Après avoir mené une étude scientifique sur l’ensemble des collections archéologiques du monde méditerranéen, Cyril Dumas a ainsi pu mettre en évidence que cette approche particulière autorise une analyse de l'art aboutissant à une nouvelle interprétation des images.
      Images dans lesquelles, à l’instar d’une photographie, la richesse des détails et l’agencement général célèbrent un réalisme ambigu empreint de mythologie, de sensualité et de grivoiserie qui suggèrent l’humour et l’autodérision des Romains.

      RépondreSupprimer
    2. Absolument exact. Le même discours pourrait s'appliquer au fameux "libertinage" du XVIIIe siècle en France , cher à Philippe Sollers, qui reste plus ambigu qu'il n'y parait dans l'analyse des contemporains.

      RépondreSupprimer

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1739 membres : Cliquez sur la carte !