• Rejoignez la Communauté !

    Alesia : L’énigme de sa géolocalisation toujours non résolue

    Statue de Vercingetorix à AlesiaFondatrice de l'histoire de France, la bataille d'Alesia (52 av JC) est située depuis Napoléon III en Bourgogne à Alise-Sainte-Reine. À quelques mois de l’ouverture officielle du Muséoparc (prévu en mars 2012, après trois ans de travaux et 50 Meuros !), les défenseurs du site “officiel” doivent faire face à une fronde de plus en plus tenace des “opposants” qui localisent la bataille à Chaux-des-Crotenay (Jura).

    Chaque camp affûte ses arguments et le combat prend de plus en plus l’allure de la lutte entre le pot de fer contre le pot de terre.


    D’un côté la topographie, la toponymie, le mobilier découvert qui a donné naissance au Musée de Saint-Germain-en-Laye, de nombreux professeurs, chercheurs, docteurs en archéologie, conservateurs, membres du CNRS ou de  l’INRAP, des politiques et des entrepreneurs du lieu, riche en touristes, qui valident la tradition instaurée au XIXe siècle par Napoléon III.

    De l’autre, les fidèles du chercheur sceptique André Berthier, disparu en 2000, quelques professeurs et historiens, des archéologues amateurs, sa fille, désintéressée et l’appui des médias (Canal+, Tf1) qui popularisent la querelle, aidés par Franck Ferrand, solide partisan de la thèse Jurassique. Une belle affiche.

    Principal point de désaccord : le site actuellement retenu est trop petit et trop peu de découvertes sont venues confirmer la thèse officielle. En outre,  le lieu n’est pas conforme en quelques points au récit de César et à celui d’autres auteurs. Surtout aucun dossier sérieux de fouille n’a vu le jour dans le Jura, ce qui paraît suspect, alors que le site présente pourtant des indices intéressants, mais jugés dérisoires.

    Face à ce doute, la position du ministère de la culture ne pourra rester inaudible très longtemps, car on sait, d’expérience, que ce genre de controverse a plutôt tendance à  croître avec le temps, lorsque la rumeur s’en empare. Surtout aussi si Alise-Sainte-Reine souhaite ses 150.000 visiteurs annuels, son objectif affiché.

    Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, il semble que le site du Jura semble intéresser davantage les médias que les équipes d’archéologues, par manque d’intérêt diront les uns, par obstruction disent les autres. Peut-être jusqu’au jour où un généreux mécène prendra l’affaire en main.
    En attendant, info ou intox ?
    Voir le documentaire de Canal+ qui popularisa la controverse en 2008 (7 parties)

    Franck Ferrand en hélico sur le site de Chaux-des-Crotenay (Jura)


    La chaîne youtube du museoparc : http://www.youtube.com/user/AlesiaMuseoparc

    Thibault Malandrin a suivi les deux pistes. Il est l'invité de Romain Hussenot.


    1 commentaires:

    1. "En outre, le lieu n’est pas conforme en quelques points au récit de César et à celui d’autres auteurs."

      Ecrire cela, c'est cultiver, pour le moins, la litote ou l'euphémisme !
      En fait, aucun des traits du site tel qu'il a été décrit par César ne se retrouve dans le paysage bourguignon ! En revanche, toutes les caractéristiques sont fidèlement au rendez-vous dans le Jura. (Voir sur la Toile http://alesia.jura.free.fr/index2.html puis cliquer sur "Bienvenue").
      Et les incongruités ne se limitent pas à la morphologie : les impératifs militaires et stratégiques sont en contradiction formelle avec une localisation d'Alésia sur le Mont Auxois. Fortifications absentes ou illusoires, camps aberrants, tactiques compréhensibles : rien ne colle.
      Pour se faire une opinion, se procurer un exemplaire du livre VII de la Guerre des Gaules et comparer sur chacun des sites. On peut faire cela à peu de frais sur Google Earth.

      RépondreSupprimer

     

    Rejoignez la Communauté

    Rejoignez la Communauté histoire de Paris
    1844 membres : Cliquez sur la carte !